Natexpo 2017 : ingrédients et matières premières bio en tête d’affiche

28 juin 2017

L’édition 2017 de Natexpo, programmée du 22 au 24 octobre 2017 à Villepinte, sera marquée par l’émergence d’un nouveau pôle, consacré aux ingrédients et matières premières bio. L’espace d’exposition du salon international des produits biologiques complète ainsi son panel d’exposants. Une aubaine pour les quelques 12 000 visiteurs attendus, qui pourront désormais approcher tous les segments d’un marché bio en pleine croissance, au sein duquel la problématique du sourcing devient plus que stratégique. Raison de plus pour offrir un espace qui permettra de renforcer les liens existants et de faciliter la rencontre avec de nouveaux fournisseurs.

Les matières premières biologiques, support d’innovation

Ce nouveau pôle sera d’autant plus attractif que les matières premières et ingrédients sont au cœur de l’effort d’innovation qui caractérise la Bio. Qu’il s’agisse de l’émergence de nouveaux produits liés au « sans gluten », au « véganisme », au « flexitarisme » ou à la diversification des boissons végétales, le visiteur aura tout loisir de découvrir ces nouvelles alternatives, à travers l’identité d’acteurs renommés : Keramis, Agribio Union, Bio ingrédients, Esenco, Worlée France, Seah International,…

Premier forum des ingrédients biologiques

Les témoignages de ces fournisseurs d’ingrédients ainsi que ceux des acteurs majeurs du secteur alimentaire bio seront précieux dans le cadre du 1er forum des ingrédients biologiques : 7 à 8 rencontres sont prévues chaque jour. Problématiques générales liées au sourcing ou thèmes plus ciblés, liés aux tendances, une quinzaine de thématiques sont en cours d’élaboration et une dizaine d’intervenants seront mobilisés pour en assurer l’animation. Une mine d’informations, complétée par une exposition qui retracera, au long des vingt dernières années, les trajectoires des ingrédients stars.

 

Sourcing bio : 3 questions à Gaëlle Frémont, consultante et rédactrice, Ingrébio.

Ingrébio est partenaire du 1er forum des ingrédients biologiques organisé dans le cadre de Natexpo. Pouvez-vous nous présenter cette société ?

Gaëlle Frémont: Ingrébio est une jeune société. Je l’ai fondée il y a quatre ans. Elle est aujourd’hui implantée à Rennes et compte trois collaborateurs. Nous développons une activité de conseil, qui s’adresse aux professionnels de la transformation bio, confrontés à des problèmes récurrents dans le domaine du sourcing. Mais notre activité de base est aussi éditoriale : elle se matérialise par la publication d’un webmagazine professionnel, spécialisé dans le domaine des ingrédients, des additifs et produits alimentaires intermédiaires bio. Nous animons également un annuaire des fournisseurs d’ingrédients bio, dont l’ambition est de contribuer à la mise en relation des fabricants de produits alimentaires et de compléments alimentaires avec des entités du maillon intermédiaire de la première transformation bio (farines, extraits, PAI laitiers, etc…).

Quel outil concret avez-vous développé à destination des transformateurs bio ?

Gaëlle Frémont: Pour répondre aux problématiques de sourcing rencontrées par les transformateurs bio, nous voulons optimiser la visibilité de l’offre de leurs fournisseurs potentiels d’ingrédients bio. Notre base de données a vu le jour il y a un an et demi. Elle permet de répondre aux recherches personnalisées et d’entrer en contact avec près de 390 fournisseurs, producteurs ou distributeurs, français ou européens majoritairement.

En tant que partenaire du nouveau pôle ingrédients et matières premières bio de Natexpo, quels enjeux particuliers discernez-vous dans ce domaine ?

Gaëlle Frémont: Les enjeux sont de divers ordres et nous achevons l’élaboration d’un programme qui permettra de les aborder méthodiquement. La plupart sont liés à la sécurisation des approvisionnements, dont dépend naturellement la croissance de la Bio. Dans un contexte où le niveau de la demande est supérieur à celui de l’offre, il faut rester mobilisé pour, au besoin, différencier l’offre, mais surtout consolider et structurer les filières.

D’autre part, la compréhension des grandes tendances de fond qui traversent l’univers de la Bio est capitale. La montée en puissance du commerce équitable, la place des protéines végétales et le courant végan font partie de ces phénomènes qu’aucun acteur du marché de la Bio ne peut plus ignorer.

Nous essaierons donc de délivrer tout au long des 3 jours des informations mais aussi des outils pour développer la filière transformation bio.

Par Armel de Sansal

Photo ©Marève

Classés dans :


Articles récents dans la même catégorie

La révolution Bio (vidéo)

9 octobre 2017

Quels sont les enjeux économiques dans la filière bio et dans la transformation de produits biologiques ? Pour en parler:...

+

Inscrivez vous à notre newsletter