L'aquaculture bio en France

26 février 2014

Grâce à ses nombreux cours d’eau et ses 5 500 kilomètres de littoral, la France présente de nombreux atouts pour l’élevage de poissons en eau douce et en eau de mer.

Afin de faciliter l’information du consommateur, les acteurs de la filière ont crée la « Charte Qualité – Aquaculture de nos régions ® », qui réunit les engagements des pisciculteurs concernant la qualité, la traçabilité et les conditions d’élevage des poissons. Au-delà de cette marque collective, certains producteurs ont choisi de développer des certifications Label Rouge et Agriculture Biologique. Chacune de ces démarches permet de garantir au consommateur un produit de grande qualité.

La pisciculture bio en France concerne actuellement la production de truite, bar et daurade.

Le cahier des charges français pour l’aquaculture biologique a été validé en 2000, puis révisé en 2002 et en 2007, et fait figure de pionnier dans le domaine de l’aquaculture : en effet, le règlement européen définissant les exigences relatives à la production aquacole biologique n’est entré en vigueur qu’en juillet 2010. Globalement, une trentaine de sites sont dédiés (ou en cours de conversion) au bio et produisent un volume d’environ 1 200 tonnes de poissons, que l’on peut répartir pour environ 30% sur le bar et la daurade et 70% sur la truite. Cela représente une progression importante dans les dernières années puisqu’en 2007, seules neuf entreprises salmonicoles étaient recensées pour une production de 350 tonnes et quatre pour la pisciculture marine (sources : Agreste 2007)

90% de la production française de poissons d’élevage concernent les poissons d’eau douce, 10% seulement les poissons d’eau de mer.

En 2012 en France :

En eau douce :

En 2012, la France a produit environ 48 000 tonnes de poissons d’aquaculture (salmonidés+poissons marins et esturgeons +poissons d’étangs).

  • 36 000 tonnes de salmonidés produites (truite arc-en-ciel principalement)
  • 300 tonnes d’esturgeons et 19 tonnes de caviar
  • 7000 tonnes de poissons d’étangs

En eau de mer :

4800 tonnes produites: production de bar (2 300 t) , daurade (1 300 t), turbot (250 t), maigre, saumon et sole (950 t)

Le cahier des charges bio porte notamment  :

  • sur une alimentation des poissons à base de matières premières issues de coproduits de la transformation de produits de la mer provenant de pêcheries durables, et complétée par des produits d’origine végétale certifiés bio.
  • sur la limitation des traitements allopathiques durant le cycle de vie du poisson.

Il implique également : une densité d’élevage inférieure à la moyenne, le traitement des effluents, ou encore l’approvisionnement en œufs et alevins bio.

En d’autres termes, le cahier des charges de l’aquaculture biologique vise à garantir un élevage de poissons de haute qualité et économe en intrants, en limitant au maximum l’incidence sur l’environnement aquatique. Les débouchés sont variés: circuits spécialisés, GMS, restauration et même export.

Plus d’informations sur le site Internet : www.aquaculturedenosregions.com

Définition

L’AQUACULTURE : C’est l’ensemble des techniques d’élevage des êtres vivants aquatiques, animaux (poissons, mollusques et crustacés) et végétaux (algues). Elle se pratique en eau de mer, dans les rivières ou dans les étangs. S’il s’agit d’élevages de poissons, on parle alors de PISCICULTURE

Classés dans :


Articles récents dans la même catégorie

Marché bio français: +15,7% en 2018

29 août 2019

La consommation de produits biologiques en France a connu une croissance annuelle inégalée en valeur, supérieure de 1,2 milliard d’euros,...

+

Inscrivez vous à notre newsletter

Vous acceptez de recevoir nos derniers articles par email
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité.