Présentation

La famille des transformateurs de produits biologiques s’élargit, accueillant régulièrement de nouveaux membres. Elle traverse une phase de mutation exceptionnelle, qui se traduit par des investissements records, de forts gains de productivité et le lancement de nouveaux produits. Cette croissance est accompagnée par diverses structures, dont deux membres de notre fédération :

  • le Synabio d’une part, syndicat professionnel regroupant plus de 160 entreprises de première et de seconde transformation agroalimentaire.
  • Le Synadiet d’autre-part, qui représente 90% des professionnels du secteur des compléments alimentaires en France.

La fédération Natexbio entretient également des rapports privilégiés avec d’autres acteurs :

Les transformateurs bios sur une bonne dynamique

La transformation des matières premières alimentaires issues de l’agriculture biologique enregistre depuis plusieurs années une croissance à deux chiffres supérieure à la moyenne du secteur agroalimentaire en France, proche de +1%. Parallèlement de nouveaux marchés bios se sont développés dynamisant ainsi la transformation des produits biologiques :

  • Compléments alimentaires
  • Cosmétique
  • Produits d’entretien
  • Textiles
  • Les compléments alimentaires bio, doucement mais sûrement, ont grapillé plus de 15% des parts du marché global des compléments alimentaires. C’est le plus fort taux de pénétration constaté sur le marché de la Bio !

 

La production cosmétique, à base de matières premières naturelles et biologiques, se développe et se caractérise par un fort potentiel d’innovation. Une étude menée par Asteres pour Natexbio, sur la période 2014-2015, a montré qu’une forte proportion (89%) des entreprises concernées mise sur le lancement de nouveaux produits.

Les produits d’entretien bios trouvent progressivement leur place dans le panier des consommateurs. Sue l’ensemble des 100 marques recensées, la hausse de production constatée en 2016 était de 13%.

Le textile bio est un secteur naissant, dont le fonctionnement mondialisé complique davantage la structuration, notamment la formation du réseau de distribution. Néanmoins, 20% des ménages consommant du bio se tournent vers une multitude de petites marques.

Acteurs du renouveau économique français

La croissance des entreprises en aval du marché français de la Bio est un marqueur fort du développement harmonieux de l’ensemble de la filière. La catégorie des entreprises de transformation et de conditionnement rassemblait ainsi, en décembre 2016, plusieurs milliers d’entités, pour la majeure partie situées en Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine et Pays de la Loire, mais aussi en Ile-de-France et PACA.

Elles profitent d’un réseau de distribution désormais bien structuré et en pleine expansion, pour toucher in fine des consommateurs de plus en plus nombreux et convaincus. En 2016, les achats consommateurs de produits bio ont atteint 7 milliards d’euros, sept fois plus qu’il y a quinze ans !

Ce marché croît de manière exponentielle et s’approvisionne majoritairement en France (71%). Il favorise donc le cercle vertueux de la relocalisation, du dynamisme des territoires et de la création d’emplois. Sur l’ensemble du secteur de la Bio, le nombre d’emplois directs est passé de 85 000 à 118 000 entre 2012 et 2016, dont 12 810 équivalents temps plein au stade de la transformation.

Sources: Agence Bio, Synabio


Articles récents

+

Inscrivez vous à notre newsletter