Les magasins spécialisés bio se réinventent pour accompagner la croissance du marché

5 décembre 2018

Les magasins spécialisés bio sont des pionniers. En France comme dans le reste de l’Europe, ce sont eux qui ont les premiers permis aux consommateurs de découvrir les produits issus de l’agriculture biologique. Aujourd’hui, ils sont 2 700 en France et ont réalisé un chiffre d’affaires de près de 2,9 milliards d’euros en 2017, en hausse de +15% par rapport à 2016. Beaucoup moins nombreux que les grandes surfaces alimentaires généralistes, ils réussissent à enregistrer 37% des ventes bio effectuées auprès des Français pour leur consommation à domicile.

Cependant, comme chez leurs voisins européens, les magasins bio français doivent aujourd’hui se réinventer pour tenir leur rang face à la montée en puissance de la grande distribution sur le marché bio. C’est pourquoi Natexbio, la fédération des entreprises de transformation et de distribution de produits biologiques et écologiques, a décidé de faire le point en commandant une étude auprès du Cabinet Ecozept qui met en perspective la situation de la France avec le reste de l’Europe et notamment l’Allemagne, la Belgique et l’Italie. Si chaque circuit de distribution bio possède des caractéristiques spécifiques selon les pays, tous doivent aujourd’hui faire face à la concurrence accrue de la grande distribution.

Un constat qui pousse les magasins bio à se réinventer, en misant sur leur singularité dans leur stratégie de développement et non sur une guerre des prix, qui s’est avérée fratricide en Allemagne. De nombreux exemples montrent ainsi que les magasins bio prennent un nouvel élan en renouant avec les valeurs historiques de la bio ou en profitant des nouvelles tendances de consommation, notamment citadines.

Valeurs fondamentales et nouvelles technologies : deux clés pour assurer l’avenir des magasins bio

En France, la distribution bio, qui fait face à une forte concentration et à l’arrivée nouvelle de magasins bio créés par la grande distribution généraliste, doit s’organiser pour se restructurer et, elle aussi, affirmer son identité, notamment en se concentrant sur la proximité avec les consommateurs. Il est ainsi important pour les magasins bio de valoriser l’origine terrienne de leurs produits, liée aux partenariats avec les producteurs, de développer la formation de leurs collaborateurs pour favoriser le conseil et de s’approprier les outils numériques pour fidéliser les consommateurs en faisant bon usage des big datas. En effet, en complément du concept et du savoir-faire, le numérique est un axe fort pour améliorer l’expérience du consommateur et le fidéliser. Les points de vente bio disposent d’une large palette de pistes à explorer pour se différencier via les réseaux sociaux, la géolocalisation, les méthodes d’encaissement, le e-commerce, la dématérialisation des bons de réduction et des cartes de fidélité, l’accès Wifi offert aux clients, le Click and Collect, etc.

Les magasins bio en France : un secteur dynamique avec de belles perspectives de développement


La distribution bio est marquée en France par l’ouverture de nombreux magasins. En 2017, leur nombre a progressé de +15% par rapport à 2016 pour atteindre 2 700 magasins spécialisés. En un an, 265 points de vente bio ont été ouverts en France, soit plus de 5 par semaine.
Les magasins bio s’inscrivent ainsi dans la puissante dynamique du marché bio français. En 2017, il a atteint près de 8,4 milliards d’euros (Vente à domicile + Restauration hors domicile). Un chiffre en progression de +17% par rapport à 2016. Si elle augment vite, la part des produits bio dans le marché alimentaire global conserve encore une belle marge de progression. Elle s’élève en effet à 4,4% en 2017, contre encore 3,5% en 2016, dans un environnement européen où les parts de marché de la bio se situent entre 3% en l’Italie et près de 10% au Danemark. Dans ce contexte, les magasins bio tels qu’ils se réinventent aujourd’hui ont un bel avenir devant eux.

Vers une nouvelle jeunesse pour la distribution bio en Europe

Les magasins bio doivent rester en Europe les éléments moteurs de l’agroalimentaire bio. Pour se distinguer, il est important pour eux de miser sur leurs valeurs fondatrices : local, social, militant ainsi que de renforcer leurs liens avec les filières agricoles. La traçabilité des produits, leur origine, leur lien à la terre doivent être mises en avant auprès des consommateurs qui ont de fortes attentes en matière d’authenticité.
Les points de vente bio doivent également confirmer leur posture de pionniers en continuant à innover, tant dans leur façon de distribuer les produits (vrac, …) que dans le choix des références vendues ; ils sont souvent les premiers à adopter les produits les plus innovants.
Le positionnement des magasins bio européens est unique sur le marché et il est nécessaire de le conforter : en proposant des services et des produits spécifiquement adaptés aux attentes de leurs consommateurs. Dans certains pays, comme en Italie, des magasins bio ont ainsi décidé de lancer des enquêtes pour cerner précisément leurs envies afin d’y répondre au mieux.

Plus d’info sur l’étude

Classés dans :


Articles récents dans la même catégorie

Natexbio Challenge : j’en suis !

18 décembre 2018

En 2019 aura lieu la première édition du Natexbio Challenge, un concours destiné à accompagner des jeunes entrepreneurs du bio...

+

Inscrivez vous à notre newsletter

Vous acceptez de recevoir nos derniers articles par email
Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité.