De retour à Montpellier, Millésime Bio fête ses 25 ans

31 janvier 2018

Premier salon en France entièrement dédié aux vins bio, Millésime Bio a tenu sa 25ème édition du 29 au 31 janvier au Parc des expositions de Montpellier. L’occasion de faire le point sur ce qui est devenu le rendez-vous incontournable de la filière, avec quelques 6000 visiteurs et près d’un millier d’exposants.

Après une édition 2017 exilée à Marseille, Millésime Bio était cette année de retour à Montpellier, sa terre natale. Car c’est là que tout a commencé en 1993 à l’initiative de l’Association interprofessionnelle des Vins Biologiques du Languedoc-Roussillon rebaptisée Sudvinbio en 2012. Ce salon, réservé aux professionnels (producteurs et acheteurs), n’a depuis cessé de croître.

Un salon 100% bio, convivial et égalitaire

Durant trois jours, près de 6000 visiteurs ont arpenté les stands d’un millier d’exposants représentant une quinzaine de pays. « Ils étaient à peine une vingtaine lors de la première édition» souligne Nicolas Richarme, membre de Sudvinbio et président de la Commission Millésime Bio.

Millésime Bio 2018 à Montpellier – photo Valérie Suiro

 

Aujourd’hui le salon est devenu le seul rendez-vous 100% bio qui doit sa notoriété à des valeurs initiales restées intactes 25 ans après. « Il est organisé par et pour les vignerons pour les mettre en relation directe avec les acheteurs autour d’un esprit convivial » rappelle Nicolas Richarme. Et ici pas de distinction entre les exposants. Tout le monde est sur le même pied d’égalité quelque soit la taille du domaine. « Que vous ayez 100 ou 20  hectares de vignes, vous avez la même chance avec le même stand». Pour Joëlle et Richard Carpena, à la tête du domaine Pin des Marguerites, du côté de Saint-Chinian dans l’Hérault, « ce salon est simple, à l’image de notre travail, il nous met tous au même niveau et nous permet de nous faire connaître ». S’il est incontournable pour les vignerons, il représente également une vitrine précieuse pour les acheteurs professionnels qui peuvent y découvrir une offre variée (dont 77% est issue de domaines français). « C’est le passage obligé lorsqu’on recherche des vins bio » explique Jean-Sylvain de Potter, sommelier-formateur à Aurillac (15), qui vient à Millésime Bio depuis le début. « Et puis il n’y a pas de cloison entre acheteurs et vendeurs, il est accessible et tout le monde est réuni dans un même endroit » ajoute Stéphane Corazza, caviste à Paris.

Une filière dynamique qui a triplé son chiffre d’affaires en 6 ans

Si Millésime Bio connaît une telle réussite, c’est aussi dû à l’expansion des surfaces françaises certifiées bio et en conversion représentant  aujourd’hui 9% du vignoble national, contre 2,6% en 2007. Avec 70 740 hectares de vignes bio répartis sur 5 263 exploitations, et une production annuelle avoisinant les 2 millions d’hectolitres, la France se hisse à la 3e place des principaux pays producteurs après l’Espagne et l’Italie*.

Florent Gühl, directeur de l’Agence Bio – photo Valérie Suiro

 

Portée par un marché demandeur, «la filière  a des perspectives durables de développement, ce n’est pas un phénomène de mode » explique Florent Gühl, directeur de l’Agence Bio.

En 2015, 36% des Français** ont consommé au moins une fois par semaine des vins bio. « Ils  recherchent de plus en plus la qualité, et le bio est une garantie supplémentaire venue s’ajouter à une appellation, et il y a une volonté de préserver davantage l’environnement. » Face à un chiffre d’affaires de plus d’1,2 milliard d’euros enregistré en 2016 (montant qui a triplé en 6 ans), la filière poursuit son développement et continue d’asseoir son dynamisme.

 

* Les chiffres cités dans ce paragraphe proviennent des données de l’Agence Bio

** D’après une étude Sudvinbio/Ipsos

Valérie Suiro

CREDIT PHOTOS : Valérie Suiro


Articles récents dans la même catégorie

+

Inscrivez vous à notre newsletter