Retour sur Les Rencontres de Natexbio, organisées par la Fédération Natexbio, qui se sont déroulées le 6 octobre dernier au World Trade Center Marseille Provence sous le titre de « Réfléchissons ensemble à l’avenir du bio » décliné selon quatre thèmes avec pour chacun d’entre eux un intervenant, des témoignages de chefs d’entreprises et un débat avec le public :

 

Au programme:

Après l’accueil fait par Benoît Soury, président de Natexbio, et Robert Assante, adjoint au maire de Marseille, délégué au développement durable,

> La distribution
> Le consommateur
> Le développement durable
> La confiance

Les intervenants:

> Sylvain Boucherand directeur de B&L Evolution, bureau d’étude en développement durable
> Marie-Christine Combet, Directrice Générale de Synadiet
> Philippe Delran, consultant et co-fondateur du magazine Bio Linéaires
> Charline Dufaitre, étudiante à Kedge Business School, junior Entreprise Marketing Méditerranée
> Sauveur Fernandez, consultant senior, expert en planning stratégique, marketing et communication responsables.
> Betty Santonnat, Directrice du Développement de COSMEBIO.
> Patrick Sivardière, consultant international en agriculture bio et enseignant

Près de 200 personnes se sont inscrites à cet événement.

Retrouvez ci-dessous les supports de présentation des intervenants à télécharger, l’étude consommateur réalisée par Marketing Mediterranée ainsi que les photos de cet événement a réuni des acteurs incontournables de la filière Bio et du développement durable :

Télécharger Les 7 mutations de la grande distribution dans le monde (PDF)

Télécharger Etude consommateur Bio (PDF)

Télécharger Développement durable, opportunité pour les PME (PDF)

Télécharger La Réglementation des compléments alimentaires et réglementation bio : trouver le bon équilibre (PDF)

Télécharger La réglementation bio : atout ou contrainte ? (PDF)

Télécharger Cosmétique Bio : Vers une harmonisation européenne et internationale (PDF)

Photos

 

Vidéo

 

Synthèse

Robert Assante, adjoint au maire de Marseille a rappelé à l’ouverture de ces Rencontres le chemin qui reste à faire dans l’agriculture et la consommation bio.

« Le message passe mais l’acte est encore bloqué ». En s’adressant aux participants, le Délégué au développement durable de la Ville de Marseille a ajouté : «  Vous incarnez l’avenir ».

Et c’est justement  de l’avenir du bio dont nous avons parlé au cours de ces Rencontres de Natexbio, à travers divers sujets et sous divers prismes : la distribution, la consommation, le développement durable, la réglementation et la confiance.

Plus que jamais en cette période où la vie en bio continue à s’élargir en France et dans le monde, à séduire, à enchanter un large public, il est primordial de scruter les fondamentaux, de s’interroger sur les évolutions et les innovations et de tracer des perspectives. Les résultats d’une étude auprès de consommateurs de produits biologiques a apporté beaucoup d’informations et cette journée a permis de savoir, de témoigner, d’interroger, de débattre et de parler aussi de solutions pour l’avenir.

Tout le monde était unanime pour rappeler que le bio a gagné sur le terrain des idées et qu’il est nécessaire de rester attentif et surtout actif pour accompagner son développement dans les pratiques et la réalité.

Concernant la distribution, les intervenants nous ont rappelé qu’elle est diverse, appelée surtout à des innovations et à des efforts, par exemple, la formation des vendeurs, la maîtrise des prix…  Cette distribution spécialisée est prête à répondre aux attentes du consommateur bio qui devient fidèle aux enseignes. Un sur deux est aujourd’hui un consommateur régulier. La santé et la qualité supérieure restent ses préoccupations. Le consommateur souhaite aussi une lisibilité, une transparence, une information plus sure et une traçabilité des produits. Quelques intervenants nous ont renseignés sur les tendances de demain : le retour du vendeur conseil, le développement de la vente en ligne, l’implication du consommateur dans la conception du produit, magasins avec des bâtiments passifs, création de lieux plus conviviaux avec la participation possible des consommateurs à des ateliers…

L’agriculture biologique est la plus proche de  notre santé. Pour le consommateur, préférer un produit bio, c’est renoncer en tant que citoyen à soutenir une agriculture conventionnelle faisant appel à trop de produits chimiques… Le consommateur bio contribue de fait – et il a fait ce choix – à préserver l’environnement, les animaux, la biodiversité, les cours d’eau, les nappes phréatiques et les sols des pesticides et des engrais de synthèse. C’est veiller à la santé de l’agriculteur, à la nôtre et à celle de la planète…

Cultiver et vendre des produits bio, c’est fournir une alimentation saine, préserver les écosystèmes, mais aussi remettre en cause les excès de la société de consommation.

Le thème du développement durable était aussi au centre de quelques échanges. Des entrepreneurs ont fait état de leur expérience dans ce domaine. Ils ont rappelé que ce développement durable doit prendre en compte des aspects non seulement économiques et sociaux, mais aussi environnementaux. Une gestion écologique des ressources de la planète pourra permettre aux générations futures de satisfaire leurs besoins. Le consommateur est de plus en plus sensible à ce thème et il est capable aujourd’hui d’en cerner le sens profond.

Des intervenants ont évoqué l’évolution de la réglementation. Tous les acteurs de la filière bio doivent contribuer au débat sur la réglementation pour apporter des améliorations. La réglementation est un élément fondateur et essentiel pour pérenniser la confiance du consommateur.  « Sans confiance, la vie en société est impossible », écrit l’historien et sociologue Emile Poulat. Et dans ce mot riche «  Confiance », il y a l’idée d’être ensemble, de pactiser et de créer un lien social. Il y a aussi l’idée d’un sentiment de sécurité et d’assurance. L’avenir se construit dans la confiance et celui du bio se forge quand les acteurs de la filière ici présents, producteurs, distributeurs, consommateurs et pouvoirs publics échangent. Et cela fonctionne quand nous savons nous appuyer les uns sur les autres. Une œuvre humaine n’est éclairante, utile ou réussie que si les acteurs concernés agissent ensemble. Alors devenons agissants pour ce possible, en bio….

6 octobre 2014

Par Ezzedine El Mestiri – journaliste, animateur des Rencontres de Natexbio

Share →